Enfants – Bébés

La chiropratique pédiatrique

Pourquoi les bébés et les enfants?

Les problèmes sous-jacent à des problèmes vertébraux et:ou crânien peuvent débuter plutôt que vous ne le pensez. En effet, il a été démontré que le processus de la naissance lui-même peut causer des problèmes à la colonne vertébrale, au crâne d’un bébé pouvant se répercuter à distance. Si vous avez déjà observé un tout petit essayant de maîtriser l’art de la marche, vous savez qu’apprendre à marcher est marqué de chutes constantes. Les enfants un peu plus vieux sont aussi à risques des traumatismes vertébraux. Les activités sportives, les chutes à vélo, les mauvaises postures et les sacs à dos sont parmis les causes les plus fréquentes. Les fondtions de la santé physique, mentale, émotionnelle de l’enfant se construisent durant les huits premières de sa vie. Il existe aujourd’hui des moyens pour favoriser son épanouissement dont la chiropratique pédiatrique fait partie.

Les interférences physiques, chimiques et émotionnelles générant les subluxations vertébrales sont reliées à d’innombrable problèmes de santé tels que: l’asthme, les coliques, les otites, le pipi au lit, les troubles d’attention, les troubles dyslexiques, dyspraxiques, etc… A mesure que l’enfant vieillit, les subluxations vertébrales non traitées peuvent aussi déclebcher des maux de tête, des douleurs du dos, des attitudes scoliotiques, etc…

Voici quelques exemples de reccherches scientifiques associant les subluxations vertébrales aux désordres de l’enfance.

  • Infections aux oreilles (otites): Les chercheurs ont évalués 46 enfants de moins de cinq ans avec des infections aux oreilles. 93 % des enfants ont récupéré en 10 jours de soins chiropratique (J Manipulative Physio Ther 1996; 19:169-77). Une autre étude s’est intéressé à cinq enfants avec ds infections répétitives de l’oreille moyenne qui avaient reçu des traitements médicaux durant six mois mais n’était pas rétablis. Tous les enfants ont démontré une amélioration de leur condition avec cinq ajustements chiropratiques (J Clin Chir Ped 1996; 1:66)
  • Coliques: dans une étude de 132 parents d’enfants avec des coliques, 91 % ont rapporté que leur bébé s’était amélioré après avoir passé une moyenne de deux à trois ajustements chiropratiques (Eur J Chiro 1985;33:264-5). Une autre étude de 316 bébés avec des coliques a raporté 94 % ont bé,éficié d’amélioration suite aux soins chiropratiques (J Manip Phys Ther 1989; 12:218-8)
  • Asthme: Une étude a recruté 81 enfants souffrant d’asthme. Après deux moi_s de soins chiropratiques, 90 % des sujets ont démontré une amélioration significative de leur qualité de vie (J Vert Sub Res 1997;4:41-8). Dans une autre étude, 76,5 % de patients asthmatiques ont rapporté avoir bénéficié de la chiropratique (Bull Eur Chir Union 1978; 26:17-37).
  • Déficit d’attention: Une étude menée par l’Université du Mississipi a comparé les sins chiropratiques à un traitement placebo chez sept jeunes avec des problèmes d’attention. Cinq enfants ont démontré de meilleurs résultats de comportement. Le rapport a conclu que « la manipulation chiropratique – l’ajustement chiropratique possède un potentiel pour devenir une important intervention sans médicament chez les enfants hyperactifs » (J Manip Phys Ther 1989; 12:353).
  • Enurésie  nocturne: Une étude menée sur 57 enfants énurétiques, 46 d’entre eux ont suivi 10 semaines de soins chiropratiques suivie de 2 semaines sans traitements, 1( enfants formés le groupe de contrôle. Les résultats ont révélés 25 % du groupe traité ont eu 50 % et plus de réduction dans la fréquence de nuits mouillées alors qu’aucune amélioration n’a été noté dans le groupe de contrôle (J Manip Phys Ther 1994;17(9):596-600).
  • Scoliose: Une étude combinant les soins chiropratiques et une thérapie rééducatrice a rvélé que la combinaison d’ajustements chiropratiques et de thérapie posturale avait de manière significative réduit l’importance de l’angle de Coob chez les 19 sujets de l’étude (www.sotousa.org/frames.html).
  • Fonction immunitaire: Une étude a été menée afin d’évaluer l’évolution du système immunitaire de 11 personnes sous soins chiropratqiues à 3 mois puis 9 mois comparé à un groupe témoin sans soins particuliers. Les résultats ont révélés une corrélation positive et significative des réponses immunitaires quant à la population lymphocytaire T et B, les cellules Natural Killer et le rapport CD4/CD8 ( J Vert Sub Research 2006; 16-11).
  • Traitement orthodontique et chiropratique: Une étude a été mené sur les effets dessoins chiropratqiues chez des personnes présentant des problèmes de malocclusion et sous traitement orthodontique. Les résultats ont montré 50 % ds cas orthodontiques présentait un problème de malocclusion. Dans 66,6 % des cas, l’orthodontiste avait une relation positive quant aux soins chiropratiques chez les patients présentant une malocclusion. Dans 83,33 % des cas, l’ortodontiste était largement positif quant aux traitement chiropratique lors du traitement orthodontique. Dans la grande majorité des cas, l’orthodontiste a pointé les bénéfices des traitement(s chiropratiques quant à la réduction des symptomes reliés à la malocclusion donnant à l’orthodontiste de meilleurs conditions afin de développer un traitement correcte à la biomécanique occlusale de chaque patient (WFC’S 10th Bienal Congress International Confernce of Chiropractic Research, Montréal, Apr 30-May 2).

La thérapie quantique

Les maladies infantiles, source d’inquiétude our les parents, ont néammoins du bon puisqu’elles mettent à l’épreuve les forces d’immunité de l’enfant, contribuant à l’édification de son système de défense. La prise répétée et systématique de médicament antibiotique casse ce processus d’édification pouvant même conduire à un blocage des fonctions immunitaires. Ce qui ouvre la porte au déferlement d’autres maladies par la mise en place d’un cercle vicieux.

La thérapie quantique va au coeur du problème en éliminant les surcharges qui affectent l’immunité du sujet. Elle permet aux défenses de se construire à leur rythme permettant à l’enfant d’acquérir résistance et robustesse.

La thérapie est efficace dans bien des domaines: maladies aigues (inflammation de l’oreille moyenne, pneumonie, rhume de cerveau, etc…), chroniques (inflammation de l’intestin, situations d’allergies, etc…), fonctionnelles et organiques, mais également pour des maladies nouvelles pour lesquelles il n’existe pas encore de traitement efficace.

En mettant l’emphase sur la prévention plutôt que sur l’utilisation de médicaments, vous pouvez donner à vos enfants un impact significatif du concept de bien-être et sur ses choix futurs de santé.

En savoir plus : téléchargez nos brochures